Les cerfs-volants de Kaboul

Les cerfs-volants de KaboulJ’ai lu d’une traite (presque) les 400 pages des Cerfs-volants de Kaboul, de Khaled Hosseini. Ce livre a connu un grand succès des deux côtés de l’Altlantique. Et en Afghanistan ?

Est-ce un chef d’oeuvre de la littérature ? Probablement pas. Le style est souvent assez plat, l’intrigue connaît des rebondissements parfois artificiels. Qu’importe, ce livre marie avec efficacité une histoire personnelle de faute et de rédemption, de secret familial trop lourd à porter, à l’histoire de l’Afghanistan de ces trente dernières années. Et est un témoignage saisissant de l’horreur dans laquelle un pays peut tomber.

Paysage de montagne en Afghanistan
Une réflexion m’est venue à l’esprit en lisant ce livre : l’Afghanistan, pays pauvre et oublié dans les années 60, est devenu l’un des points les plus chauds de la planète. Tout se passe comme si ce pays était devenu pour le monde à ce tournant du siècle, ce que les Balkans ont été à l’Europe au tournant du siècle dernier. Cela avait abouti à la première guerre mondiale.
Certains disent que la troisième a déjà commencé. La comparaison a probablement déjà été faite, avec l’effondrement de l’empire ottoman et celui de l’empire soviétique. Les interventions des « grandes puissances » qui n’ont fait qu’empirer la situation…

Et je voudrais partager cette citation.
En refermant la porte, je me demandai si c’était ainsi que naissait le pardon – non en fanfare à l’occasion d’une épiphanie, mais à partir du moment où la douleur rassemblait ces affaires et pliait discrètement bagage au milieu de la nuit.

Un commentaire sur “Les cerfs-volants de Kaboul

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s