Le pli du genou

Ce texte est ma participation au jeu d’écriture n°5 du Blog à 1000 mains. Merci à Armelle de m’avoir encouragé à me lancer dans ce genre d’expérience. La seule règle est de s’inspirer d’un dessin, celui de Marlène. Voilà !

dessin-de-marlene.1289819716.jpg

Il sait qu’elle le regarde par la fenêtre. Il ne veut pas se retourner. Il en a assez. S’il se retourne, que verrait-il ? Un visage dévasté ? Rancunier ? Soulagé ? Amusé ? Sa robe à peine remise dont la fermeture éclair n’est peut-être  toujours pas remontée ? C’est lui qui n’a pas voulu la remonter. il aurait peut-être été tenté de passer la paume de sa main sur son dos, poser ses lèvres sur sa nuque, gestes de tendresse toujours répétés, devenus machinaux, ce soir dépassés.

Une vieille chanson lui trotte dans la tête, un reste de ses illusions, de son enfance, même pas son adolescence, une chanson qui lui dit que « dans une heure, tu seras là ». Un peu cul-cul, cette chanson, mais elle lui revenait toujours quand il se rendait chez elle.  Il ne veut plus la fredonner. Il veut courir, mais il sait qu’elle le regarde. Il ne veut pas sembler fuir car il ne fuit pas.

Une autre chanson encore, une séparation dans la nuit « un malentendu, une ancre est rompue, nous avons ce soir tout perdu, tout perdu, tout perdu… ». Non, il ne perd rien, ni personne, il ne peut qu’y gagner. Il sait qu’elle le regarde, pense-t-elle qu’il va se retourner ?

Elle restera dans son cube de béton, du haut de son 14ème étage. Elle en descendra de temps en temps,  est-ce là, dans le restaurant chinois en bas de son immeuble, qu’elle rencontrera un autre homme, le suivant ? Ne vaut-il pas mieux « être suivi que suivant »  ? C’est Brel qui le disait. Il sent qu’elle le suit encore des yeux, il doit paraître maintenant tout petit au bout de cette allée qui conduit au parking. Ces Olympiades sont devenues dédales où il est facile de se perdre,  de disparaître aussi. Elle ne pourra pas voir sa voiture sortir du parking et filer au loin. Il s’évaporera…

Un flash, tout à coup !
Le creux de son genou, le pli du genou, là où la peau reste blanche, si douce, si frêle. Il aimait tant la caresser là, avec sa main, avec sa langue… Au début, elle trouvait ça plutôt bizarre, ça la chatouillait un peu, ça l’amusait. Plus tard, quand il tardait, elle le lui demandait, c’était le moment où tout s’emballait entre elle et lui.

Il se retourne brusquement…

3 commentaires sur “Le pli du genou

  1. Pas mal pour un début ! D’autant plus que cette illustration n’était pas un sujet si évident. Je vous remercie d’avoir accepté de participer et je suis emballée par ce nouveau talent que je vous découvre… celui de conter des histoires. C’est une jolie façon de rebondir après le « tsunami » !

    J'aime

  2. Merci pour cette participation et de t’être prêté au jeu. J’aime beaucoup cette fin qui laisse place à l’imagination, avec ces terribles points de suspensions. Tu es en ligne sur le blog à 1000 mains. J’espère te retrouver sur les prochains jeux.

    J'aime

  3. Avec malice, j’ai eu envie de rebondir sur votre histoire et de me mettre à la place de cette jeune fille plantée là, dans sa tour des Olympiades. « rancunière, soulagée, amusée… » ou simplement lucide et un peu nostalgique du passé et de la complicité avec ce garçon. Réponse en chanson et puisque vous citez une phrase de Sheila… « bang, bang »

    … »Un jour tu as eu vingt ans
    Il y avait déjà longtemps
    Que l’amour avait remplacé
    Notre amitié du passé
    Et quand il en vint une autre
    On ne sait à qui la faute
    Tu ne m’avais jamais menti
    Avec elle tu es parti
    Bang bang, tu m’as quittée
    Bang bang, je suis restée
    Bang bang, et ce bruit-là
    Bang bang, je ne l’oublierai pas »…

    Je sais que vous êtes loin de votre blog à l’heure qu’il est mais j’ai trouvé que cette chanson cadrait assez bien avec votre histoire.
    A bientôt…

    J'aime

Répondre à Armelle Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s