Benoît, le séculier

Pour quelqu’un qui n’a cessé de lutter contre la sécularisation, Benoît XVI a pourtant signé l’acte de sécularisation le plus étonnant, non parce qu’il s’est mis à twitter en décembre dernier, mais en « renonçant » à sa charge deux mois après. D’ailleurs, pour être logique avec lui-même, il aurait dû gazouiller pour annoncer au monde qu’il veut bénéficier de ses droits à la retraite.

Un pape, successeur de Saint Pierre, a-t-il le droit de se barrer pour convenances personnelles ?
N’est-ce pas reconnaître que sa fonction n’est pas plus sacrée que celle d’un Président de la république ou d’un Directeur du FMI ?
Finalement, ne confirme-t-il pas que le catholicisme n’est devenu qu’une idéologie terrestre gouvernée par une institution qui se croit encore mondiale mais banalisée par des discours réactionnaires et des scandales sexuels ?
A-t-il oublié qu’il était censé incarner une cause plus ou moins sacrée pour laquelle son leader doit mourir à la tâche, comme Leonid Brejnev ou Hugo Chavez ?

Et Dieu, dans tout ça ? Pas grave, personne ne sait s’il existe vraiment…

Un commentaire sur “Benoît, le séculier

  1. Bonjour Jean-Marie,
    J’aime le ton de votre billet et je me suis amusée chez moi à donner une raison à ses « convenances personnelles »… Je suis certaine que le lieu de cette « retraite imaginée » vous plaira et vous compatirez !
    Bien amicalement

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s