La rentrée de la mémoire de poisson rouge

les-poissons-rouges.1284881060.jpgAu mois de juin dernier, en pleine crise de France Inter, Didier Porte rapportait volontiers qu’en privé, Jean-Luc Hees, président de Radio France, comptait « sur la mémoire de poisson rouge des auditeurs, qui dans trois mois auront tout oublié » pour faire cesser la polémique. Pendant tout l’été, j’ai surveillé attentivement l’évolution de ma mémoire en regardant des poissons rouges comme des frères.

Et quand la rentrée fut venue, je me suis trouvé bien fourbu à l’idée de devoir choisir une station de radio. Pas question « d’oublier » les évictions de Didier Porte et de Stéphane Guillon, ni la disparition de deux émissions rares sur des ondes d’une radio généraliste, Esprit critique et surtout Et pourtant elle tourne. Mais fallait-il pour autant chercher une autre station de radio à écouter, d’autant que je suis très « radiophage », notamment le matin ?

Bien sûr, il y a les autres stations de Radio France, France Info, France Culture, France Musique : je les écoute de temps en temps (notamment en voiture !) mais pas de façon régulière, je ne m’en sens pas proche, ni familier comme je peux l’être de France Inter. Les autres radios « généralistes », Europe 1, RTL … Indépendamment de la qualité éventuelle (???) de leur programme, le flot surabondant de publicité me fait tourner le bouton dans les cinq premières minutes.

Alors, revenir vers France Inter, comme on revient auprès d’un amour infidèle dont on ne peut se passer quoiqu’il en coûte ? J’ai donc écouté plus ou moins distraitement sa nouvelle grille, depuis trois semaines.
Evidemment, c’est la tranche matinale, celle sur laquelle France Inter a bâti son succès de ces dernières années, qui a beaucoup changé : Patrick Cohen est moins flamboyant que Nicolas Demorand, tout en étant très pugnace avec ses invités politiques. Les chroniqueurs plus ou moins historiques (Thomas Legrand, Philippe Lefébure, Bernard Guetta) sont toujours là, toujours bon chacun dans leur style. Une nouveauté intéressante, le billet musical, Comme un matin, de Didier Varrod qui jette un coup d’oeil amoureux et critique sur l’ histoire et l’actualité musicales, des Frères Jacques à Philippe Katherine. L’autre nouveauté, celle qui remplace les chroniques de Guillon/Porte, c’est le débat controverse animé par Audrey Pulvar : c’est un ratage total ! C’est une caricature de débat où le sens s’évapore sous les effluves d’invectives qui ne s’arrêtent qu’au moment où Audrey Pulvar siffle la fin de la partie parce qu’il est l’heure de la météo. Ah oui, j’allais oublier… Ben oui, j’ai oublié complètement les billets d’humour de Sophia Aram, Gérald Dahan, François Morel qui clôturent la tranche du 7/9. Mais cette relégation de l’humour était bien faite pour qu’on l’oublie, non ?
poisson-rouge.1284881037.jpgEnsuite, Pascale Clark continue de nous dire Comme on nous parle, qui garde son ton acidulé, mais dont on pourrait se lasser assez vite. Et finalement, je ferme souvent la radio à ce moment… Tant pis pour Service public d’Isabelle Giordano !
Et Le fou du roi, émission touchée de plein fouet par le départ de Didier Porte ? Est-ce de l’auto-suggestion de ma part ? Mais je trouve Stéphane Bern moins concerné qu’avant, il laisse son bateau ronronner entre humoristes et journalistes tranquillement… Daniel Morin tourne en rond, Régis Mailhot fait le chansonnier, ce que Didier Porte évitait soigneusement, Vincent Rocca est toujours un orfèvre en jouant sur les mots pour en extraire de la poésie. Au total, il manque le bâton de pétard que Didier Porte allumait  tous les jours vers 12h10… Reste le public ! Il s’est déchainé le jour où Didier Porte est venu présenté son livre Insupportable, chronique d’un licenciement bien mérité…
Pas de modifications pendant l’après-midi jusqu’à 17h. Quant à 5/7 boulevard, le GRAAANNND magazine culturel de Philippe Colin de 17 à 19h (que j’aimais beaucoup dans Mangin Palace), je ne l’ai jamais écouté !

Le 7 septembre, France Inter étant en grève, j’ai écouté Nicolas Demorand sur Europe 1 : sa voix énergique était la même, mais j’ai eu l’impression d’une émission « en conserve », affadie… J’ai d’ailleurs la même impression à l’écoute de France Inter : ces « petits » changements ont affadi la station, comme si elle était nimbée d’un ouateux brouillard de convenance. Est-en encore la différence ? bocalpr.1284881260.jpgEn tout cas, ce n’est plus l’impertinence. Est-ce encore l’indépendance ? En tout cas, c’est bien moins l’irrévérence.

Résultat, j’écoute toujours France Inter quand j’allume la radio. Mais je l’éteins beaucoup plus vite ! Le poisson rouge n’a pas perdu sa mémoire mais il tourne en rond dans son bocal : c’est bien connu que, dans un bocal, leur espérance de vie est beaucoup plus courte !

3 commentaires sur “La rentrée de la mémoire de poisson rouge

  1. J’ai eu la même impression que toi depuis la rentrée mais je continue à écouter France Inter qui reste Ma station de radio (ne supportant pas non plus la pub!). En revanche les jours où je ne travaille pas, je l’écoute jusqu’à 14H et les émissions d’Isabelle Giordano sont d’excellentes qualités.
    Encore dommage que la dose d’humour n’y est plus !!!!!!

    J'aime

  2. Même sentiment. J’éteins, moi aussi, plus vite… et le débat animé par Audrey Pulvar est une caricature. Quant aux « humoristes »… que c’est nul… heureusement Mizrahi a été viré, c’était le pire. Comme certains n’osent pas parler politique, ils se rabattent sur les travers des petites gens, c’est effectivement moins risqué de se moquer d’elles que des grands de ce monde…..

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s