Ce soir (et l’apocalypse !)

Donc, on va nous changer notre télé. Du moins les chaînes publiques, enfin débarassées de publicité. Cela aura au moins un premier avantage, on se couchera plus tôt. Mais est-ce plus important…

ce soir ou jamaisJe suis un fan de ce soir (ou jamais!) l’émission animée par Frédéric Taddei sur France 3. La dernière émission avant la « coupure » des vacances n’était pas la meilleure : le débat des presque centenaires n’a pas remué beaucoup d’idées intéressantes, surtout après le départ d’Edgar Morin qui allait prendre je ne sais quel avion. Mais rien que pour le beau visage de Jenny Alpha comédienne martiniquaise de 98 ans, cela valait le coup de d’être devant son écran.

Mais surtout, avant le débat, Fanny Ardant est venue. En 20 minutes, la vérité d’une actrice est passée à travers l’écran. Comme rarement à la télévision, elle a su faire partager les heurs et les malheurs du métier d’actrice, au théâtre comme au cinéma. Progressivement son phrasé exceptionnel (qui énerve tant de monde) s’est adouci. Chacun était son confident, dans le noir, même sous les projecteurs du studio, quand elle a dit : « Les hommes seuls…, qui attendent…, je trouve ça assez beau ». Ou quand elle parle des répétitions, où un homme, le metteur en scène Lambert Wilson, ne regarde et n’écoute qu’elle. Frédéric Taddei la laisse aller par ses chemins de traverses où elle peut se promener en femme libre.

Taddei est un remarquable interviewer d’actrice. Début décembre, Catherine Deneuve était venue pendant une heure : son débit précipité et sa curiosité insatiable se bousculaient, juste un peu contenus par son sourire détaché. Sa volonté de se défaire de son statut de star absolue du cinéma français lui donne une liberté de parole de quelqu’un qui n’a, apparement, plus rien à perdre, ni à gagner.
Son face à face avec le groupe de rock Justice était assez savoureux, deux univers qui paraissent si opposés, mais avec beaucoup de respect l’un vis-à-vis de l’autre.

Tout le talent de Frédéric Taddei est de laisser vagabonder ses invité(e)s, même des divas comme Fanny Ardant et Catherine Deneuve, qui livrent sans exhibitionnisme racoleur, non pas leurs facettes scintillantes, mais la liberté qu’elles ont su conquérir.

L'ApocalypseAutre grand moment de télévision, la série documentaire de Gérard Mordillat et Jérôme Prieur, L’apocalypse, dont les deux dernières parties étaient diffusées samedi 20 sur Arte. La démarche historique et l’écriture cinématographique des deux réalisateurs sont maintenant connues de puis les deux premières séries, Corpus Christi et l’Origine du christianisme. Cette série d’interviews de gens peu célèbres, filmés immobiles sur fond noir, se transforme en une traque de la vérité historique sur des événements qui depuis 2000 ans, conditionnent complètement notre monde occidental… et bien au delà. La sobriété de la mise en scène laisse toute la place au contenu, à la diversité des points de vue, souvent contradictoires. C’est une belle leçon de la façon dont l’histoire, quand elle ne sacrifie pas à l’émotivité mémorielle où certains voudraient l’instrumentaliser, permet une remise en question de certitudes plus ou moins bien imposées et digérées depuis l’enfance.
Là encore, c’est un espace de liberté qui est offert au téléspectateur, la liberté de douter.

Ces instants me font tomber amoureux de la télévision avec qui je pourrais passer des nuits blanches…

Un commentaire sur “Ce soir (et l’apocalypse !)

  1. Je ne suis pas un vrai fan de cette émission « Ce soir ou jamais » mais je l’apprécie quand même beaucoup et je la regarde assez souvent.
    Voici ce que j’en disais à ces débuts. Je n’ai (malheureusement 🙂 ) pas changé d’avis quant à son « environnement ».
    http://lamauragne.blog.lemonde.fr/2006/10/27/2006_10_ce_soir_ou_jama/

    J’ai, tout aussi malheureusement loupé Fanny Ardant et Catherine Deneuve. Alors merci de nous en faire profiter avec votre texte. Il me semble qu’à vous lire, cela a du se passer exactement comme vous le décrivez.

    J’ai vu une bonne partie de la partie des « presque centenaires ». Edgar Morin, excellent comme d’habitude. Olivier Todd, je ne le savais pas si « vieux ». Il est donc bien conservé…
    Je ne savais pas non plus que Jenny Alpha avait 98 ans. Alors ça m’amuse beaucoup car ma mère va sur ses 96 ans et elle aussi est en pleine forme, notamment intellectuelle.
    Jean-Marcel Jeanneney était égal à lui même mais je préfère quand même son fils.
    Merci pour ce très intéressant billet.

    jf.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s