Un Monde de tueurs ?

Donc, Le Monde serait sorti de sa crise de gouvernance. Ce matin, j’ai cherché des infos dans quatre medias.

Dans Le Monde d’abord : juste ce communiqué digne de ceux qui clôturent des congrès du PC chinois. Aurons-nous davantage d’informations dans les heures, dans les jours qui viennent ? L’éditorial signé par Eric Fottorino n’apporte pas d’autres informations, laissant transparaître la guerre qui avait traversé le journal et son groupe

Sur 20minutes.fr, ensuite : là, on en sait davantage. Le conseil de surveillance a duré 7 heures, avec plusieurs interruptions de séances, des conciliabules dont le sujet principal est la mise à l’écart de Jean-Michel Dumay, le président de la SRM (Société des Rédacteurs du Monde). Il apparaît que la « sortie de crise » n’ait été possible qu’au prix de son départ. Seule concession, Dumay partira le 30 juin. Minc, lui, quitte le Conseil de Surveillance le 31 mars. Ces 3 mois de rab sont-ils une consolation ?
Mais le plus important est mentionné à la fin de l’article : un projet de recapitalisation avec la « participation » du groupe Lagardère et le groupe de presse espagnol Prisa sera annoncé d’ici le 31 mars. Dumay s’était prononcé contre cette recapitalisation, l’estimant dangereuse pour l’indépendance des journalistes du Monde.

En troisième lieu, Le Figaro. L’accent est mis sur le revirement des actionnaires externes à propos de la nomination de Fottorino comme président du directoire du Monde. Revirement monnayé par deux engagements : le départ de JM Dumay, la recapitalisation du groupe Le Monde. Le conflit qui semble devenir totalement passionnel entre Dumay et Minc est pointé du doigt : les couteaux étaient sortis !

Libération enfin. Comme d’habitude, c’est avec une certaine gourmandise que Libé rend compte de la crise du Monde, réponse du berger à la bergère car ce dernier se délectait à narrer les crises successives traversés par son confrère et néammoins concurrent direct. L’article appelé « Un Monde sans pitié » donne une large place à un portrait d’Eric Fottorino. Et se conclut par une phrase abrupte du tout nouveau président du directoire du groupe Le Monde : « Je vais passer pour un tueur ! ».

Bon courage à tous !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s